Epicondylite - Tendinite du coude

Epicondylite ou tennis elbow touche autant les sportif que les travailleurs. L'épicondylite se traite principalement par de la rééducation mais dans les rares cas d'échec une opération à ciel ouvert ou sous arhtroscopie peu permettre de diminuer les douleurs

L’épicondylite est également appelé Tennis-Elbow car fréquente chez les tennisman mains n’est pas présente exclusivement chez les sportifs. Elle résulte d’une sollicitation répétée du coude chronique ou ponctuel qui entraine des lésions de l’insertion des tendons sur l’épicondyle (partie externe de l’humérus). Cette lésion des tendons peut être isolée ou associée à des lésions intra articulaire du coude et une compression de la branche motrice du nerf radial.

 

Cela se manifeste par des douleurs au bord externe du coude et la face postérieure de l’avant bras. 

Le diagnostic est clinique mais les lésions des tendons peuvent être visualisées par une échographie ou une IRM qui rechercherons également des calcifications, lésions intra articulaire ou exostoses.. Les diagnostics différentiels ou associés peuvent être recherchés par un électromyogramme enregistrant l’activités électrique des nerfs (nerf radial ou nerf du cou pouvant donner des douleurs irradiant au coude)

 

Le traitement est avant tout médical. Il faut stopper l’activité ayant déclenché l’épicondylite ou modifier son geste. Le traitement reposera sur l’usage d’antalgiques, d’anti-inflammatoires généraux et locaux et surtout de rééducation par un kinésithérapeute. Les infiltrations de corticoïde ne doivent pas être effectuée. Il est également possible de réaliser des scéances d’ondes de chocs ou d’injection de PRP (Plasma Riche en Plaquette).

 

Malgré un traitement médical bien conduit pendant plus de 6 mois, il persite des douleurs dans 10% des cas. C’est là que le traitement chirurgical peut-être indiqué en fonction de la demande des malades. L’intervention consistera en la résection du tissu malade ainsi que des calcifications ou lésions intra articulaire. L’intervention peut s’effectuer à ciel ouvert par une courte cicatrice au bord externe du coude ou sous arthroscopie en introduisant une caméra dans l’articulation. Cette opération s’effectue sous anesthésie locorégionale (seul le membre supérieur est endormit) et en ambulatoire.

 

            Les douleurs post-opératoire sont calmés par les antalgiques et une rééducation doit être effectuer rapidement après l’intervention. La diminution des douleurs commence 3 – 4 semaines après l’intervention et se prolonge jusque 3-6 mois. Le sport ou les travaux physiques peuvent-être repris à partir du 3ème mois. La disparition des douleurs est obtenue dans 90% des cas.

 

            Les complications sont très rares, mais vous devez en être informé.

Les risques de l'anesthésie qui peuvent varier selon vos antécédents, dont vous discuterez avec l'anesthésiste en consultation

Une infection : Elle est prévenue par un lavage des mains et une aseptie rigoureuse et stricte. Malgré cela le risque existe, il est favorisé par le tabac.

Un hématome : rare, une résorption spontamnée et sans séquelle est habituellement la règle.

L’algodystrophie : se manifeste par des douleurs et un enraidissement globale de la main avec au maximum une extension de la raideur et des douleurs à l’épaule. Elle est d’évolution longue : plusieurs mois (cf algodystrophie).

La récidive : inhabituelle mais n’est jamais exclue.

Mis à jour le 09 Juin 2020
Tendinite Savoie Chambery Annecy Coude Aix-les-bains Epicondylite Chambéry Chirurgie Grenoble Tennis elbow Douleur Douleur coude